LogoINCELBIG

MEMBERS

UNITED KINGDOM

100 000 members
www.dignityindying.org.uk

admd

FRANCE

67 000 members
www.admd.net

SWITZERLAND

100 000 members
www.exit.ch

SWITZERLAND

1253 members
www.lifecircle.ch

GERMANY

30 000 members
www.dghs.de

SPAIN

5 500 members
www.eutanasia.ws

Press

Insgesamt 68 Patienten haben beim Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte (BfArm) einen Antrag zum Erwerb eines todbringenden Medikaments eingereicht

October 19, 2017
Die Antragsteller berufen sich auf ein Urteil des Bundesverwaltungsgerichts von Anfang März, nach dem unheilbar Kranke in extremen Ausnahmefällen Anspruch auf eine Substanz zur Selbsttötung haben. Das schreibt der “Spiegel” in seiner am Samstag erscheinenden Ausgabe. Das BfArm muss laut Urteil eine Herausgabe gestatten. In der Politik war der Richterspruch auf Kritik gestoßen. Bundesgesundheitsminister Hermann Gröhe (CDU) hatte angekündigt, “den Tabubruch staatlicher Selbsttötungshilfe” verhindern zu wollen. Das Ministerium will zunächst noch ein Gutachten abwarten, das der Verfassungsexperte Udo Di Fabio im Auftrag des BfArm erstellt. Auch das Gröhe unterstellte Bundesinstitut erklärt, wegen der “besonderen Tragweite des Urteils” zuvor nicht über die Anträge zu entscheiden. Erst 2015 hatte der Bundestag eine Verschärfung des geltenden Rechts beschlossen, um die geschäftsmäßige Sterbehilfe unter Strafe zu stellen.dts Deutsche Textservice Nachrichtenagentur GmbH Das könnte Sie auch interessieren: Mainz – Freitag, 20 Oktober 2017, 9 05 Uhr Volle Kanne – Service täglich Moderation: Nadine Krüger Gast: André Eisermann, Schauspieler Abgezockt bei der Kaffeefahrt – Nahrungsergänzung für 9600 Euro Sandwich: Lecker und schnell gemacht – Rezept von Chefkoch Armin Roßmeier Was hilft bei Osteoporose? – Medikamente gegen die Knochenschwäche Freitag, 20 … weiterlesen auf presseportal.de Düsseldorf – Seit dem Jahr 2016 arbeiten in Deutschland erstmals mehr als sieben Millionen Menschen im Dienste der Gesundheit … weiterlesen auf presseportal.de Second Sight Medical Products, Inc (NASDAQ:EYES) („Second Sight“ oder „das Unternehmen“), ein Entwickler, Hersteller und Vermarkter von implantierbaren Sehprothesen zur Wiederherstellung eines nützlichen Sehvermögens bei erblindeten Patienten, meldete heute die Ernennung von Frank Vandeputte zum Vice President und General Manager, EMEA und Asien-Pazifik-Raum … weiterlesen auf businesswire.com Der Bundesvorsitzende der Jungen Union, Paul Ziemiak (CDU), hat bei den Jamaika-Unterhändlern eine Politik des Schuldenabbaus gefordert … weiterlesen auf dts-nachrichtenagentur.de Ein Team der Wiener Berufsrettung hatte am Mittwoch, 18 Oktober, mit einem randalierenden Patienten zu kämpfen … weiterlesen auf vienna.at Börsen-Chef hofft auf Sogwirkung – “Emissionspipe füllt sich” – Forderungen an Politik: Kapitalmarktplan – Verpflichtende Finanzbildung an Schulen … weiterlesen auf boerse-express.com Trotz des „goldenen“ Herbstwetters haben es sich 35 Seniorinnen und Senioren nicht nehmen lassen, zu diesem interessanten Vortrag „Lustvoll altern, Gesundheit und Sexualität“ ins Pfarrheim zu kommen … weiterlesen auf www.vol.at Um dem Sicherheitsbedürfnis der Europäer und den Migrationsursachen in Afrika gerecht zu werden, braucht es andere Schwerpunkte in der Politik … weiterlesen auf tagesspiegel.de Schwedens Außenministerin Margot Wallström prangert sexuelle Belästigung auch in der Politik an … weiterlesen auf tagesspiegel.de Aufkosten des Faches Ethik soll es nicht gehen – das neue Fach Politik, das im Sommer 2018 startet … weiterlesen auf tagesspiegel.de Source : http://www.poppress.de/politik/insgesamt-68-patienten-haben-beim-bundesinstitut-fuer-arzneimittel-und/55158765

El último desahogo de la escritora que viajó a Bélgica para morir

October 19, 2017
La semana pasada la escritora francesa Anne Bert cruzó la frontera de su país con Bélgica, traspasó el umbral de un hospital y dio el consentimiento final al médico que llevaba meses supervisando su petición de eutanasia. Era el fin de una larga batalla: el intento fallido de la autora por convencer a las autoridades galas de la necesidad de acabar con el sufrimiento de enfermos incurables legalizando la ayuda médica a morir, prohibida en Francia pero permitida desde 2002 en la vecina Bélgica. Dos días después de su muerte en una cama belga llegó a las librerías su legado póstumo, Le tout dernier été —El último verano, solo disponible en francés—. “Me gusta levantarme antes de que amanezca, como si así pudiera adelantar la llegada del día. Esta mañana me he despertado pronto. La noche ha sido corta. Hace dos años que el ELA me roba mis sueños y trocea mis noches vacías, ya nunca tranquilas ni profundas”, empieza la narración. Su nueva obra es un recorrido emocional en el que transita por el angustioso momento en que el médico le informa de que padece esclerosis lateral amiotrófica, allá por 2015, y el lector la acompaña por un último verano, el de 2017, en el que ya ha tomado la decisión de poner fin a su vida con ayuda médica. En medio, la frustración ante el progresivo deterioro de su cuerpo, momentos de disfrute con su hija en la playa con el eterno nubarrón de la enfermedad sobrevolando cada instante, y una enorme impotencia e incomprensión frente al sistema sanitario francés, que solo permite la sedación profunda hasta la muerte pero no acepta la eutanasia. “¿Dormir a un enfermo para dejarlo morir de hambre y sed es de verdad más respetuoso con la vida que ponerle fin administrando un producto letal?”, lanzó en una carta abierta a los candidatos presidenciales en uno de sus últimos alegatos antes de rendirse a la evidencia de que moriría en tierra extranjera. Como la mayoría de escritores, Anne Bert, de 59 años, era poco conocida fuera de las fronteras de su país, y su obra no ha sido traducida. Novelista de “lo íntimo”, etiqueta que prefería a la habitual denominación de autora erótica con la que se le denominaba, sus palabras no circularon mucho más allá de las estanterías del hexágono. Tampoco lo hacen de momento, pero con la noticia todavía caliente de su fallecimiento en un hospital belga, a cientos de kilómetros del lugar donde habría deseado morir, su libro ha irrumpido en las listas de más vendidos en Francia con una primera edición de 40.000 ejemplares y una reimpresión de otros 30.000. Bert no quería escapar fuera para morir. Le horrorizaba la idea de estar en un lugar extraño en un momento de tanta vulnerabilidad emocional. Quería despedirse en su país. “Es escandaloso que en Francia tengamos que ir al extranjero a morir con dignidad, como en la época en que las mujeres tenían que huir para abortar”, comparaba. Batalló contra esa obligación de
En español Spain

DMD – Communicate the death of Dr. Juan Mendoza Vega

October 13, 2017
Dear members of the community World Federation of Right to Die Societies,     With much sadness in our hearts, we deeply regret to communicate the death of Dr. Juan Mendoza Vega, president of the “Fundación Pro Derecho a Morir Dignamente” of Colombia, on October 7th of 2017.   The life of the Doctor Juan Mendoza Vega was an example of all who had the privilege of knowing him. During every public and private act, he always shined for his excellence.   His academic background was distinguished by outstanding performance, not just in the field of medicine, neurosurgery and medical ethics, but also in journalism, history and the Spanish language.Member several collegiate bodies, such as the National Academy of Medicine (president on several occasions and nowadays was elected as perpetual secretary), Academy of History, Academy of language, president of the Colombia Institute of Bioethical Studies ICEB, as well of the  National Court of Medical Ethics. In addition, he was president of the Latin American Federation of Societies of Neurosurgery, Director of the Neurological Institute of Colombia and board member of Analbe (National Association of Bioethics).     He was professor of the Rosario University on neuroscience, neurosurgery, history of medicine, ethics, bioethics and medical legislation. After his retirement, the university named him professor emeritus. For all his students, he represented the indelible example of what it means to be an excellent doctor, with eminent thoughts, feelings and actions. He was the inspiration of several generations of humanistic doctors. Furthermore, he was a columnist of the newspaper El espectador for more than 40 years, as guideline for medicine profession. During his youth practiced fencing and was passionate to painting as spectator and creator. In every role, he was staunch defender of patients’ rights and of the excellence of medical profession. All his virtues were used in the service of protection of the right to die with dignity. He did an outstanding job, respecting different beliefs and always fostering dialogue and consensus. With this he earned a lot of respect, even of those who did not share his way of thinking. He had an important role during the development of the public policies on this subject, which marked a significant milestone in the history of Colombian Medicine. All the Board of Directors members of Fundación Pro Derecho a Morir Dignamente deeply appreciate his leadership and considered a privileged to have had his friendship.     Among his works are History of Medicine Lessons (1989); Pain; pathophysiology; manifestations and treatment (1990), and Towards a more humane medicine (in collaboration with Francisco J. Leal Quevedo, 1997). He also published poems The Inner Seas (2001) Count up to 80 and Second blog (2006).   Wonderful husband and father; our heartfelt condolences to his wife María Victoria, to her  daughter Pilar Claudia, his son Juan Alonso and to his grandchildren. He will always be present in their hearts as in ours.

Euthanasie. La France peut-elle continuer à se reposer sur la Belgique ?

October 9, 2017
Contrairement à la Suisse qui délègue à des associations privées la possibilité (une tolérance et non un droit) de pratiquer des suicides assistés (à la condition toutefois de pouvoir débourser quelques 10.000 euros et de pouvoir se déplacer en Suisse), la Belgique a voté une loi – en 2002 – de légalisation de l’euthanasie, c’est-à-dire une aide active à mourir pratiquée par un médecin, dans le cadre d’un parcours médical. Cette loi s’applique à tous les résidents belges ainsi qu’à toute personne qui serait régulièrement suivie par un médecin belge. En pratique, cela veut dire qu’un Français a peu de chances de pouvoir bénéficier de la loi belge, sauf à consulter régulièrement un médecin d’outre-Quiévrain, ce qui implique en théorie plusieurs allers et retours entre la Belgique et la France : de l’énergie et de l’argent… Comme pour la Suisse, cette possibilité belge reste le privilège de quelques-uns, tandis que pour la majorité des Français, c’est la loi Leonetti-Claeys qui s’appliquera, avec les souffrances et les indignités mille fois dénoncées. Il faut, pour que l’ensemble de nos concitoyens aient accès à leur ultime liberté, qu’une loi en France permette enfin à ceux qui le souhaitent de choisir le moment et la manière de leur mort. A nos législateurs de prendre leurs responsabilités et d’ouvrir le champ des possibles pour que ceux qui le souhaitent puissent bénéficier d’une aide active à mourir (euthanasie ou suicide assisté) tandis que ceux qui ne le souhaitent pas pourront bénéficier de soins palliatifs de qualité, voire d’une forme d’acharnement thérapeutique, admissible dès lors qu’elle est réclamée par l’intéressé lui-même. Il reste du chemin à parcourir pour éviter aux femmes et aux hommes de notre pays de connaître les drames, non pas de la mort puisque l’on sait tous que nous sommes mortels, mais de la fin de vie : il est acceptable de mourir, il est inadmissible de devoir souffrir.   Source : https://www.admd.net/articles/decryptages/euthanasie-la-france-peut-elle-continuer-se-reposer-sur-la-belgique.html
France In French

Lettre ouverte au Professeur Devalois

October 9, 2017
Lettre ouverte au Professeur Devalois de Danielle Stival, adhérente ADMD

Canada : L’aide médicale à mourir plus populaire

October 9, 2017
Plus de six Canadiens par jour ont obtenu l’aide médicale à mourir au cours de la première moitié de l’année, révèle un bilan gouvernemental rendu public vendredi. Pas moins de 1179 décès médicalement assistés ont eu lieu au pays entre le 1erjanvier et le 30 juin dernier, selon le deuxième rapport intérimaire publié par Santé Canada depuis l’adoption de la législation en juin 2016. « Ça illustre que l’aide médicale à mourir répond vraiment à un besoin, et que c’est une réforme qui était absolument nécessaire pour respecter la dignité des gens », estime la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui a piloté le projet de loi sur les soins de fin de vie à Québec. Il s’agit d’un bond de 46,8 % comparativement aux six derniers mois de 2016, durant lesquels 803 patients s’étaient prévalus de l’aide médicale à mourir. Pour Georges L’Espérance, président de l’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité (AQDMD), cette augmentation était prévisible. « C’est tout à fait normal, puisque la loi fait tranquillement son chemin dans la tête des gens », explique-t-il. Pour l’instant, les décès médicalement assistés ne représentent que 0,9 % de l’ensemble des morts au Canada. Mais selon M. L’Espérance, ce pourcentage devrait continuer d’augmenter au cours des prochains mois. « Dans des pays comme la Belgique et les Pays-Bas, l’aide médicale à mourir représente environ 3 % de la totalité des décès, indique-t-il. Il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas la même chose ici. » À domicile Le nouveau rapport indique aussi que de plus en plus de patients reçoivent l’aide médicale à mourir à domicile, ce qui réjouit le président de l’AQDMD. « On est passé de 37 à 40 %, ce qui est une bonne nouvelle, parce que c’est ce que les gens veulent », fait valoir M. L’Espérance. Il souligne également qu’un seul des décès recensés a été autoadministré. « À l’Association, on croit que l’aide médicale à mourir doit être un acte médical, comme l’indique son nom, et qu’il ne s’agit donc pas de laisser le patient se débrouiller tout seul, mentionne-t-il. Alors de savoir que c’est arrivé une seule fois, c’est positif. » Le cancer demeure l’état qui mène le plus souvent à l’aide médicale à mourir. Les Canadiens qui ont eu accès à cette alternative avaient en moyenne 73 ans. Source : http://www.journaldemontreal.com/2017/10/06/six-premiers-mois-de-2017-pres-de-1200-deces-lies-a-laide-medicale-a-mourir

France : Proposition de loi sur la fin de vie : mobilisez votre député !

October 9, 2017
Une nouvelle proposition de loi sur la fin de vie et visant à légaliser l’aide médicalisée à mourir a été déposée par Jean-Louis Touraine, député du Rhône et fidèle soutien du droit de mourir dans la dignité L’ADMD vous encourage à interpeller votre député : d’abord pour la cosigner (pour cela, votre député devra se rapprocher du secrétariat parlementaire de Jean-Louis Touraine), ensuite pour la soutenir lorsqu’elle sera examinée en commission puis, nous l’espérons, en séance. Grâce au petit argumentaire que vous connaissez déjà, sous forme de Questions/Réponses, grâce aussi à un modèle de lettre d’interpellation (modifiable et adaptable), grâce enfin au dernier sondage réalisé par l’Ifop (mars 2017), vous pourrez interpeller le député élu dans votre circonscription, soit par lettre, soit lors d’un entretien en tête-à-tête, soit lors d’une réunion publique. Il faut que nous agissions tous ensemble… Nous vous souhaitons une bonne lecture de ces documents et un bon militantisme en faveur du droit de mourir dans la dignité. Une deuxième proposition de loi sur la fin de vie déposée : Le député, Olivier Falorni, a déposé à l’Assemblée nationale une proposition de loi “donnant le droit à une fin de vie libre et choisie”, elle sera présentée à la presse le 6 octobre 2017. Proposition de loi sur la fin de vie Télécharger le fichier Modèle de lettre en Word Télécharger le fichier Questions – Réponses Télécharger le fichier

DID – Noel loses case, vows to appeal

October 9, 2017
Good afternoon, Today we received the disappointing news that the High Court has ruled against Noel Conway is his fight for choice at the end of life. But crucially, the High Court disagreed with the Ministry of Justice’s argument that they should not even consider the case. Instead the judges agreed with Noel that the courts do have the ability and the authority to declare the current law inconsistent with human rights. This will help Noel’s case and any future cases that may come forward. It was always likely that we’d have to support Noel all the way to the Supreme Court and he has already vowed to appeal this decision. Noel’s legal team are already looking into the process of appealing this decision. With your support we will continue to fight the cruelty of the current law. Thank you for all your messages of support so far. Every time we speak to Noel and his wife Carol, they always mention how much it means to them to have so many people behind them.   READ DID‘S RESPONSE     We fight on. Thank you, Zach Moss

EUTHANASIE : CE QUE ANNE BERT A (VRAIMENT) DIT

October 5, 2017
Anne Bert est donc morte en Belgique, le 2 octobre, date qu’elle avait choisie. Atteinte d’une maladie neuro-dégénérative, la maladie de Charcot, qui l’aurait paralysée et conduite à la mort à brève échéance, cette écrivaine a choisi l’euthanasie. Elle l’a expliqué dans Le dernier été, ouvrage publié cette semaine, et dont elle ne verra donc pas la parution. Depuis la rentrée, et sachant qu’elle vivait ses dernières semaines, Anne Bert avait accordé plusieurs interviews, notamment le 6 septembre à Léa Salamé, sur France Inter, où je l’avais découverte. A l’annonce de sa mort, Salamé s’est d’ailleurs dite “bouleversée” par cette femme “admirable”. Sur les plateaux, c’est en effet la femme “admirable” que l’on a invitée, celle qui est capable de considérer sa mort en face, celle qui regarde sans émotion fleurir ses derniers lilas. Je ne sais pas si Anne Bert était “admirable”. Ce que disent ses écrits, c’est qu’elle était en guerre. Anne Bert est morte en guerrière. En guerrière furieuse contre l’hypocrisie de la loi française. Et disons les choses : contre l’emprise du religieux catholique sur le législateur français, comme elle l’écrit dans sa lettre d’adieu, publiée le week-end dernier par le JDD.   Lire la suite : https://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=10204
In English United Kingdom

High Court rejects judicial review on assisted dying; Mr Conway assessing options for appeal

October 5, 2017
High Court rejects judicial review on assisted dying; But confirms that the courts do have the authority to declare the current law inconsistent with human rights legislation; Mr Conway and legal team now assess options for appeal [if !supportLists]·         [endif]The case is brought by Noel Conway, a 67-year-old man with terminal motor neurone disease challenging the current law on assisted dying [if !supportLists]·         [endif]A written judgment was handed down this morning, Thursday 5th October 2017, rejecting his case following a hearing at the High Court in July 2017 [if !supportLists]·         [endif]Mr Conway and his legal team will now assess their options for appeal The High Court has rejected a judicial review brought by a man with terminal motor neurone disease to challenge the current law on assisted dying, in a judgment handed down today (Thursday 5th October 2017). The judgment does confirm that the courts do have the authority to make a declaration of incompatibility between the 1961 Suicide Act and human rights legislation. The Noel Conway v Secretary of State for Justice case, which is supported by Dignity in Dying, was heard at the High Court in July 2017 before the courts’ summer recess. Noel and his legal team will now assess their options for appeal.   Noel Conway, 67, a retired college lecturer from Shropshire, was diagnosed with amyotrophic lateral sclerosis (ALS), a form of motor neurone disease (MND), in November 2014. His condition is incurable and he is not expected to live beyond the next 12 months.  Noel feels that he is prevented from exercising his right to choice and control over his death under the current law. He fears that without a change in the law he may be forced to suffer against his wishes. Noel, supported by Dignity in Dying, instructed law firm Irwin Mitchell to bring this case to fight for his right to have the option of an assisted death when he is in his final six months of life.   Noel said:   “I am deeply disappointed by today’s judgment and fully intend to appeal it. The experiences of those who are terminally ill need to be heard.   “This decision denies me a real say over how and when I will die. I am told the only option I currently have is to effectively suffocate to death by choosing to remove my ventilator, which I am now dependent on to breathe for up to 22 hours a day. There is no way of knowing how long it would take me to die if I did this, or whether my suffering could be fully relieved. To me, this is not choice – this is cruelty.   “As I approach the end of my life, I face unbearable suffering and the possibility of a traumatic, drawn out death. Travelling to Switzerland is no longer a viable option and I cannot put my family or doctors at risk of prosecution by asking for their help here at home. Knowing I had the option of

Euthanasie : visite d’une consultation spécialisée en Belgique

October 5, 2017
Ce matin paraît le livre posthume d’Anne Bert, “Le tout dernier été”. Atteinte de la maladie de Charcot, la romancière s’est éteinte à 59 ans, avant-hier, en Belgique, après avoir choisi l’euthanasie. Tara Schlegel s’est rendue dans un hôpital de Liège où cette pratique est très encadrée. En France, même si la loi Claeys-Leonetti a fait évoluer les habitudes, les choses ne se déroulent pas du tout comme en Belgique. Depuis l’an dernier, les médecins français peuvent administrer une “sédation profonde et continue” pour endormir le malade mourant. Mais cela diffère de l’euthanasie, dépénalisée en Belgique depuis 15 ans. Car il s’agit là bas d’une mort assumée et désirée en toute conscience, et on en compte désormais 168 par mois. Tara Schlegel s’est rendue au CHR de la Citadelle, à Liège. Là bas, le Dr François Damas a ouvert depuis trois ans une consultation, le mardi, où il accueille les patients qui souhaitent en finir avec leurs souffrances. François Damas est l’auteur d’un des rares livres sur l’euthanasie écrit par un médecin qui la pratique : “La mort choisie”, paru en 2013 aux éditions Mardaga. La loi belge encadre très précisément l’euthanasie depuis loi votée en 2002. Ce n’est pas un “droit créance”, explique le Dr Damas.   Ecouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/euthanasie-visite-dune-consultation-specialisee-en-belgique

La dernière lettre d’Anne Bert, euthanasiée lundi en Belgique

October 4, 2017
Le JDD publie à titre posthume la lettre ouverte d’Anne Bert, euthanasiée lundi matin dans un hôpital belge. Elle souffrait d’une maladie dégénérative incurable et défendait la liberté de “choisir sa fin de vie”, souhaitant faire évoluer la législation en France.   “Je m’appelle Anne Bert, j’ai 59 ans et suis atteinte depuis deux ans de la sclérose latérale amyotrophique, dite aussi maladie de Charcot ou SLA. Maladie neuro-dégénérative incurable et mortelle à très brève échéance, qui emmure dans son corps  et paralyse progressivement tous les muscles jusqu’à l’asphyxie et la mort. La France nous interdit, en phase terminale ou face à l’inguérissable et aux souffrances insupportables, de bénéficier du droit à choisir l’euthanasie ou le suicide assisté, elle a préféré l’hypocrisie de la loi Leonetti qui ne garantie même pas le respect de nos directives. Pour ma part, j’ai biaisé la violence de l’injonction de souffrir ce que l’on m’impose dans notre pays. C’est hors frontières et en femme libre jusqu’au geste létal et légal, qu’il sera mit un terme à l’horreur et aux tortures physiques et morales de mon emprisonnement, avec l’aide de médecins volontaires et humanistes. Ce choix si difficile rendu possible apaise mes derniers mois à vivre durant lesquels je n’ai cessé d’interpeller le gouvernement et les responsables politiques. Ma vie s’achève, alors, pour clore ma contribution à cette lutte, avec la certitude que la littérature interroge et construit nos sociétés, j’ai tenu à écrire un livre intitulé Le tout dernier été*, pour dire autrement, sous le prisme du goût de la vie, comment je me suis réappropriée ma vision de la mort, bien au-delà du tabou de la fin de vie. La ministre de la Santé m’a confirmé qu’elle ne veut pas rouvrir le débat sur le droit à choisir l’euthanasie en cas de maladie incurable ou en phase terminale. Lorsque ceux qui gouvernent la France ou exercent un pouvoir, nient la réalité sur une question fondamentale de la vie, alors les Français doivent œuvrer pour se faire entendre. Je m’adresse donc à vous, citoyens libres d’une France démocratique laïque, je suis sûre que vous prendrez le relais de ce combat pour qu’advienne cette loi française qui doit garantir à tous la liberté de choisir en son âme et conscience les soins palliatifs ou l’aide active à mourir. Nous sommes tous concernés par la fin de vie et la mort, parfois beaucoup trop tôt. Penser la mort ne fait pas mourir, elle est inscrite dans notre existence. En faire un tabou nous soumet à la tutelle de la loi Leonetti et  à celle du corps médical, qui nous trompent puisque même la sédation profonde et continue peut nous être refusée malgré nos directives et la désignation d’une personne de confiance. Vous êtes plus de 90% à vous déclarer favorables au droit de choisir une aide active à mourir, dans un cadre strictement contrôlé. Près de 200.000 d’entre vous ont signé les pétitions mises en ligne depuis peu. Ce qui ne veut pas dire que vous aurez tous recours à
France In French

Réponse d’Anne Bert au Dr Devalois

October 4, 2017
Tribune du Dr Devalois et réponse d'Anne Bert
France In French

Vidéo : Pour ou contre l’euthanasie ?

October 4, 2017
Débat avec Jacqueline Jencquel.
In English United Kingdom

DID – Noel Conway case judgment expected Thursday morning

October 4, 2017
Thursday 5th October 2017, 10am Judgment to be handed down on Noel Conway v Ministry of Justice judicial review on assisted dying Following a hearing at the High Court in July 2017, a written judgment on the Noel Conway v Ministry of Justice case is due to be handed down at 10am on Thursday 5th October 2017. The lead claimant is Noel Conway, a 67-year-old Shropshire man with terminal motor neurone disease, who is being supported by Dignity in Dying to bring a judicial review challenging the current law on assisted dying. Mr Conway feels that he is prevented from exercising his right to choice and control over his death under the current law and he fears that without a change in the law he may be forced to suffer against his wishes. Noel, supported by Dignity in Dying, has instructed law firm Irwin Mitchell to bring this case to fight for his right to have the option of an assisted death when he is in his final six months of life. Interviews with spokespeople from Dignity in Dying and Irwin Mitchell will be available. Please note Mr Conway will not be attending court for the judgment and will not be available for interviews.

Décès d’Anne Bert – Communiqué de l’ADMD

October 4, 2017
Nous avons appris ce matin le décès d’Anne Bert. Cette annonce est un soulagement, car Anne est enfin délivrée de ce corps qui l’enfermait et la retenait. Cette annonce est également une colère car nous n’oublions pas qu’Anne a dû s’exiler dans un pays plus humain, plus respectueux des volontés, pour trouver le repos. Voici la note de lecture que j’ai rédigée et publiée sur mon propre blog, après qu’elle m’a envoyé son livre témoignage, Le tout dernier été. Le conseil d’administration de l’ADMD, ses délégués nationaux, ses délégués et ses délégués adjoints me rejoignent pour adresser à son mari et à sa fille nos très sincères condoléances et nos sentiments de sympathie émue…   Jean-Luc Romero Président bénévole de l’ADMD 
France In French

France : nouvelle proposition de loi

October 2, 2017
PROPOSITION DE LOI de Marisol Touraine portant sur la fin de vie dans la dignité

Se battre pour rendre la mort plus vivable

October 2, 2017
Un médecin de 80 ans de Portneuf a choisi d’orienter sa pratique exclusivement vers l’aide médicale à mourir, faisant de ses dernières années de carrière un combat pour s’assurer que « ceux qui la souhaitent et la méritent » y aient droit. Le Dr Pierre Viens a été marqué par son tout premier cas d’aide médicale à mourir qui remonte au printemps 2016. Une expérience qui lui a fait dire « qu’il ne serait plus jamais le même ». Au fil des 25 procédures d’aide médicale à mourir qu’il a menées jusqu’à aujourd’hui, le Dr Viens a côtoyé de près la loi adoptée en décembre 2015. Une loi attendue qu’il décrit avec le recul comme étant « un vrai champ de mines ». « Certaines personnes qui ont rédigé la loi et qui étaient contre semblent s’être arrangées pour y introduire le maximum de jambettes pour s’assurer que le minimum de personnes y ait accès », déplore le médecin qui a plus de 50 ans de pratique. Nombreuses embûches Ces jambettes, ce sont les six conditions auxquelles le patient doit satisfaire jusque dans les secondes précédant les injections qui mettront un terme à ses souffrances (voir encadré). Si certaines questions sont logiques et légitimes, d’autres soulèvent l’ire du Dr Viens. Ce dernier critique trois conditions qui feraient complètement abstraction « des réalités du mourir ». Oui, le patient doit être apte à décider, mais on ne peut lui exiger d’être compétent cognitivement jusqu’à la dernière seconde, d’après le médecin. « Ça, c’est de la merde. C’est une méconnaissance complète de ce qu’est le mécanisme habituel de mourir, surtout chez les patients cancéreux en phase terminale », s’indigne le professionnel de la santé, qui explique que des patients refusent même des soins de confort en raison d’une crainte maladive de l’inaptitude. « Ils préfèrent souffrir le martyre dans les derniers jours de leur vie pour être capables de satisfaire à une condition ridicule. Ça, c’est inhumain. » La semaine dernière à Montréal, un homme de 59 ans atteint d’un cancer généralisé s’est enlevé la vie en s’immolant dans son véhicule après avoir essuyé deux refus à l’aide médicale à mourir. Élargir la loi Le Dr Viens en a aussi contre la notion de fin de vie qui élimine d’office certains patients qui souffrent notamment de maladies neurodégénératives. Ces gens, qui s’enferment progressivement dans leur corps à mesure que la maladie gagne du terrain, sont condamnés « à endurer leur sort », dénonce le médecin. « La personne constate que ce qu’il lui reste de vie ne fait plus aucun sens. Le reste de sa vie, elle est condamnée à se dégrader peu à peu ; à passer 24 heures par jour à regarder le plafond en se disant que demain peut juste être pire. Ce n’est pas ça la vie », insiste-t-il. « Vingt-cinq pour cent des gens seront atteint d’Alzheimer ou de démence à la fin de leur vie. Statistique Canada prévoit que ça passera à 30 % bientôt. Quand

«C’est ça mourir dans la dignité»

October 2, 2017
Interpellés par le débat actuel entourant l’aide médicale à mourir, les membres d’une famille ayant vécu le processus jusqu’au décès de leur mère en début d’année se font le devoir de raconter leur vécu, « une histoire de sérénité et de dignité ». Jeanne Roy s’est éteinte à son domicile le 6 janvier dernier, à l’âge de 78 ans. Tout en douceur, allongée dans son lit et entourée des siens, on a mis fin aux souffrances innommables que lui causait notamment un virulent cancer des poumons. L’aide médicale à mourir était devenue l’ultime libération pour la dame qui ne parvenait même plus à se nourrir. Six mois plus tard, quatre de ses enfants racontent ces derniers moments comme étant une des choses les plus humaines qu’ils ont vécue. Oui, ils vivent un deuil aujourd’hui, mais ils le qualifient tout simplement de « beau deuil ». « Quand elle a vu rentrer le médecin dans la chambre, ses yeux sont devenus brillants et elle essayait de se lever pour lui prendre les mains », se rappelle Johanne Langlois, entourée de ses sœurs Linda et Andrée, ainsi que de son frère Pierre. Après les derniers adieux, les paroles du docteur responsable de la cérémonie ont marqué la famille à jamais. « Le médecin lui flattait les mains et lui a dit “Jeanne, je vais t’ouvrir les portes du paradis”. C’était un vrai concentré d’amour et d’émotions », se rappelle Andrée. Garder le contrôle À l’automne précédant le décès de Mme Roy, c’est son fils Pierre qui avait abordé le premier la question avec elle. Encore troublé par le décès de son père à l’hôpital, l’homme ne voulait pas revivre ces moments difficiles. « Je n’aime pas le principe de mourir à l’hôpital. C’est impersonnel, c’est froid. L’aide médicale à mourir lui permettait d’être ici, chez elle, jusqu’à la fin », explique Pierre, qui vivait avec sa mère et s’occupait d’elle depuis plusieurs années. En choisissant l’aide médicale à mourir, la septuagénaire a donc pu « garder le contrôle sur sa vie » et, par le fait même, sa dignité jusqu’à la toute fin, insistent ses enfants. Choix de son urne, choix de l’endroit, choix de qui allait l’entourer et, surtout, choix du moment, les quatre enfants n’ont jamais regretté la décision finale de leur mère. « On a eu le temps de tout se dire. On a pu se coller dans le lit avec elle l’un après l’autre, comme quand on était petits », confie Linda encore émue en repensant à ces moments en famille. L’importance d’en parler Leur mère étant l’une des rares Québécoises à avoir pu satisfaire à tous les critères de l’aide médicale à mourir (voir encadré), les Langlois trouvent important aujourd’hui de parler de ce qu’ils ont vécu. « Quand on dit ça, il y a souvent un petit pas de recul, comme si ça faisait peur aux gens. Mais ils posent beaucoup de questions et c’est important qu’on réponde. Il faut en parler », insiste Pierre. «
En español

Boletín No. 63 Fundación DMD Colombia

September 27, 2017
Un especial saludo para todos los miembros de la Federación Mundial de Asociaciones por una muerte digna, anexo les remito nuestro Boletín No. 63, con el tema “Morir en casa” e información sobre la Sentencia T-423 de 2017 que llama  a las Instituciones de salud en Colombia a atender las solicitudes de eutanasia, pues le estaban negando este derecho a las personas, por motivaciones religiosas. Download

Le dernier combat d’Anne Bert

September 19, 2017
Rencontre avec l’écrivaine, atteinte de la maladie de Charcot, qui a médiatisé son choix d’aller mourir prochainement en Belgique Matinales radio, pleines pages dans les magazines et les journaux nationaux… En ce début d’automne, Anne Bert est partout. Difficile d’ignorer la décision de cette écrivaine de 59 ans d’aller prochainement mourir en Belgique pour mettre un terme à sa descente aux enfers. Atteinte de sclérose latérale amyotrophique (SLA), plus connue sous le nom de « maladie de Charcot », une pathologie neurodégénérative évolutive et incurable qui, petit à petit, la « momifie » et l’« emmure » vivante, elle a choisi de médiatiser sa décision dans l’espoir de faire évoluer la loi française interdisant l’euthanasie et le suicide assisté. Dans son bureau baigné d’une douce lumière, au premier étage d’une petite maison aux murs blancs nichée à Fontcouverte, à côté de Saintes, en Charente-Maritime, Anne Bert se tient droite sur la chaise, derrière sa table de travail. Elégante et lumineuse, la parole fluide, elle déroule avec aisance son histoire, expose ses arguments, enchaîne les formules percutantes. A quelques jours de l’échéance, elle donne encore largement le change. Et pourtant. Ses bras décharnés restent collés le long de son buste, l’obligeant à basculer tout son corps pour saisir quelque chose avec la bouche. Ses jambes tout aussi frêles ne la portent désormais pas plus loin que le jardin… Dissimulée par un foulard, une minerve lui maintient la tête. Elle ne boit plus qu’à l’aide d’une paille. « Je ne peux plus me nourrir ou me coucher seule, je n’arrive parfois plus à avaler, je vis comme un animal », lance-t-elle, confessant avoir perdu 15 kg en un an, accusant ce « corps cannibale » qui « divorce » d’elle, coupable de ce « désastre ». « L’émotion, c’est stérile » En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/09/18/euthanasie-je-n-ai-pas-envie-de-me-planquer-je-veux-que-ce-soit-un-droit_5187013_1651302.html#70fvrBGc6lWrX7Yz.99    

“Sans cette porte de sortie, je serais profondément déprimée”

September 14, 2017
Lorsque son cancer a récidivé il y a 4 ans, Françoise a décidé de monter un dossier d’euthanasie en Belgique. Une pratique interdite en France, à son grand regret. Témoignage. En 2001, j’ai eu un cancer ORL (oto-rhino-laryngologique). J’avais 40 ans et mes enfants étaient âgés de 12, 17 et 19 ans. Je me suis battue contre la maladie, malgré les multiples opérations. Je ne pensais pas à la mort, car je devais être là pour mes enfants que j’élevais seule. Ma rémission a duré douze ans, puis la maladie a récidivé. Le cancer est revenu à plusieurs endroits de mon visage, me forçant à subir de nombreuses opérations depuis 2013 (poumons, cou, nez, front, coin de l’oeil…) me forçant à réfléchir quant à ma fin de vie. “Un dernier soin” Selon Jean Leonetti, le suicide est un droit fondamental, mais on ne peut pas demander à la société de nous aider à le faire. Or, en France, pour les personnes condamnées par la maladie qui ne souhaitent pas continuer à vivre, il n’existe aucune solution autre que le fusil, la corde ou le train… Des méthodes violentes pour nous comme pour nos proches. On nous a enlevé toute possibilité de nous suicider sans violence. Les médicaments ou cocktails efficaces ont été depuis longtemps retiré de la vente en pharmacie, sans prendre en considération les gens du peuple. Les gens privilégiés ayant les moyens pourront toujours, quand ils seront en fin de vie, se rendre à l’étranger, dans des pays où l’euthanasie est permise (Belgique, Pays-Bas, Suisse, Luxembourg). LIRE AUSSI >> Euthanasie: “Je suis forcée de fuir mon pays pour mourir” Puisque l’euthanasie est interdite en France, je me suis renseignée pour la Belgique. Lorsque les malades réunissent tous les critères (maladie incurable, souffrance physique et psychique, etc.), les médecins peuvent les accompagner pour un “dernier soin” en les aidant à mourir rapidement et sans souffrance. C’est ainsi que j’ai décidé de constituer mon dossier. Une démarche qui m’a pris trois ans et que j’ai faite par choix et par anticipation, car je pourrais ne plus être en mesure de le faire plus tard. “En paix avec moi-même” Ma maladie me permet encore de marcher, de me servir de mes bras et de ma tête. Mais le jour où ma condition physique se dégradera et qu’il n’y a plus d’échappatoire, je pourrais fixer un rendez-vous pour réserver une chambre. Les médecins m’accueilleront alors pour mettre fin à mes souffrances et m’accompagner. Ils ont déjà été avertis et m’ont même demandé le type de cérémonie ou rituel que je souhaitais pour ce jour particulier. Tout sera mis en oeuvre pour que je sois en paix avec moi-même. TRIBUNE >> Euthanasie: “Pour que ma mort m’appartienne” Savoir que cette fin de vie est possible est une véritable libération pour moi. Plutôt que de souffrir pendant des jours ou des semaines, je préfère une injection létale, qui ne prend que quelques secondes. Je ne supporte ma maladie seulement parce que je sais que je peux aller mourir en Belgique. Sans cette
Germany in German

Prozessbeginn um Sterbehilfe in Hamburg

September 14, 2017
Vor dem Landgericht Hamburg hat ein Prozess gegen einen Arzt des Vereins Sterbehilfe Deutschland begonnen. Dem 75 Jahre alten Mediziner wird Totschlag in zwei Fällen vorgeworfen. Das Gericht will aber zunächst nur über den Vorwurf der versuchten Tötung auf Verlangen durch Unterlassen verhandeln, so wie es das Oberlandesgericht nach einem Streit um die Zulassung der Anklage entschieden hatte. Hintergrund des Streits sind schwierige Rechtsfragen im Zusammenhang mit der Sterbehilfe. Doch die Strafkammer will zunächst den Fall als solchen klären, bevor sie Grundsatzentscheidungen trifft. Der Anklage zufolge hatte der Arzt in einem Gutachten selbst festgestellt, „dass die Betroffenen geistig und körperlich rege und sozial gut eingebunden waren und der Grund für ihren Wunsch allein ihre Angst vor dem Altern und dessen Folgen waren“. Seniorin sprach nicht über ihren Wunsch Der Tod war mithilfe des Vereins Sterbehilfe Deutschland offenbar minuziös geplant. Die beiden Frauen waren laut Staatsanwaltschaft im Juni 2012 an den Vereins­vorsitzenden, den ehemaligen Hamburger Justizsenator Roger Kusch, herangetreten. Dieser hatte sie an den Arzt verwiesen. Der Mediziner erstellte das Gutachten, beschaff­te den Angaben zufolge die Medikamente und brachte sie den Frauen. Die Einnahme protokollierte er. Nach der Feststellung des Todes habe er eine längere Zeit gewartet, und erst dann die Rettungskräfte verständigt. In der Aufzeichnung des Anrufs, die das Gericht vorspielte, ist der Angeklagte zu hören, wie er mit vollkommen sachlicher Stimme dem Feuerwehrbeamten erklärt, dass zwei Frauen eines „nicht natürlichen Todes durch Suizid“ gestorben sind. Alle Dokumente, Erklärungen der Seniorinnen, deren Personalausweise und die Medikamentenpackungen waren auf einem Tisch um einen Blumenstrauß zurecht­gelegt, wie ein Foto der Polizei zeigte. Über ein freiwilliges Ausscheiden aus dem Leben oder den Verein Sterbehilfe hätten sie nie geredet, sagt der Bruder der älteren Seniorin als Zeuge. Sie hätten wöchentlich miteinander telefoniert, zuletzt noch am Vormittag des Todestages. Laut Anklage waren die beiden Seniorinnen nicht ganz sicher, dass sie sterben wollten, als ihnen der Arzt die Medikamente brachte. Sie hätten mit ihrer Entscheidung gehadert, die 81-Jährige habe geweint. Er habe den beiden Frauen jedoch suggeriert, dass ihre Entschei­dung durchdacht und ohne Alternative sei. Daraufhin hätten sich die Frauen zur Selbst­tötung bereit erklärt.   Der Angeklagte wollte sich nach Angaben seines Anwalts noch nicht zu den Vorwürfen äußern. Der Verein Sterbehilfe Deutschland verwies darauf, dass es in dem Prozess nur um Vorwürfe gegen den Arzt gehe. Im Streit um die Zulassung der Anklage hatte das Hanseatische Oberlandesgericht den Totschlagsvorwurf verneint. Die Frauen hätten die freie Entscheidung und Kontrolle über das Geschehen bis zur Einnahme der todbringenden Medikamente behalten. Erst als sie das Bewusstsein verloren, hätte der anwesende Arzt die Pflicht gehabt, sofort die Rettungskräfte zu rufen. Er habe dies unterlassen, um eine Rettung zu verhindern. Daraus resultiere der Vorwurf der versuchten Tötung auf Verlangen durch Unterlassen. Gleichwohl ließ das Oberlandesgericht die ursprüngliche Anklage „im Tenor“ zu. Und die lautet auf Totschlag. Die Strafkammer muss nun einen Weg aus dem juristischen Dilemma suchen. Für den Fall gelten die damaligen Gesetze. Erst Ende 2015 hatte der Bundestag ein Verbot aller organisierten geschäftsmäßigen oder auf Gewinn ausgerichteten Formen von Suizidbeihilfe beschlossen. Danach hatte der Verein seine
Germany in German

BfArM in der Kritik

September 14, 2017
Menschen in extremen Leidenssituationen dürfen in Würde sterben, entschied vor kurzem das Bundesverwaltungsgericht.

Gröhe darf leidende Todkranke nicht länger warten lassen

September 14, 2017
In Wahlkampfzeiten ist sie wieder verstärkt zu hören, die populäre Forderung an den Staat, sich doch bitte selbst an Gesetz und Recht zu halten. Wer sie erhebt, befreit sich von Argumentationslasten und suggeriert, allein durch Rechtstreue würden sich politische Probleme lösen lassen. Ein Beispiel, wie man sich so die Welt einfacher machen kann, als sie ist, war die AfD und die Flüchtlingskrise. Meist liegen die Dinge komplizierter. Das entbindet staatliche Stellen jedoch nicht von der Achtung vor dem Recht. Im Gegenteil. Sie wird umso wichtiger, je weniger populär die Themen werden. Etwa, wenn es um Alte und Schwache geht. Oder Todkranke. Für sie, so hatte das Bundesverwaltungsgericht vor nunmehr einem halben Jahr geurteilt, könne es in Ausnahmefällen bei starken Leiden und fehlenden Alternativen einen Anspruch auf die Abgabe von Medikamenten zur Selbsttötung geben. Auch der Ethikrat wandte sich gegen das Urteil Geschehen ist bisher nichts. Jedenfalls nichts, das wahrnehmbar wäre. Mehr als 40 Patienten haben seitdem entsprechende Anträge gestellt. Sie wurden mit Formschreiben abgespeist. Gesundheitsminister Hermann Gröhe gab die Losung aus, wonach sich der Staat niemals zum Handlanger einer Selbsttötung machen dürfe; die zuständige Behörde bat einen namhaften Rechtsprofessor, das Urteil erst einmal zu begutachten; der Deutsche Ethikrat verschickte eine Stellungnahme, wonach er den höchstrichterlich festgestellten Anspruch solcher Patienten „verneint“. Sollte sich auch nur einer der Patienten in einer Lage befinden, die mit dem Fall vergleichbar ist, über den die Leipziger Richter seinerzeit zu urteilen hatten, ist das Zögern der Behörden ein Skandal. Wer unzumutbar leidet und keinen anderen Ausweg sieht, darf nicht derart vertröstet werden. Die Betroffenen haben einen Anspruch darauf, dass ihr Fall geprüft und entschieden wird. Ausflüchte gibt es keine. Sollte der Minister, wie kolportiert wird, einen Erlass erwägen, wonach das Urteil für andere Fälle unanwendbar sein soll, würde er sich auf einen verfassungsrechtlichen Grenzgang begeben, bei dem er abrutschen kann. Vielen Patienten dürfte mit palliativmedizinischer Beratung geholfen sein Jeder Mensch hat das Grundrecht, sein Leben zu beenden. Wenn der Staat den Handel dafür nötiger Mittel einschränkt und den Erwerb von einer Genehmigung abhängig macht, liegt ein Eingriff in dieses Recht vor. Das ist die Ausgangslage, die von den vielen Kritikern des Urteils, auch im Bundestag, nicht hinreichend zur Kenntnis genommen zu werden scheint. Es ist ein Fehler des Gesundheitsministers, den Richterspruch zum Großkonflikt hochzumoderieren. Die behördliche Erlaubnis zum Erwerb todbringender Medikamente im Ausnahmefall ist nicht zu vergleichen mit dem Treiben privater Sterbehilfeorganisationen, das die Politik mit neuen Strafgesetzen unterbinden wollte. Auch dass ein Dammbruch droht, ist bei bundesweit knapp sieben Anträgen pro Monat nicht zu erkennen. Gröhe und das ihm unterstellte Bundesinstitut für Arzneimittel sollten pragmatisch handeln. Einiges spricht dafür, dass Antragstellern mit palliativmedizinischer Beratung wirksam geholfen sein könnte. Das können und müssen die Behörden leisten. Die Abgabe von Suizidmitteln wird die Ausnahme der Ausnahmefälle bleiben.   Source : http://www.tagesspiegel.de/politik/gerichtsurteil-zur-sterbehilfe-groehe-darf-leidende-todkranke-nicht-laenger-warten-lassen/20256316.html
Load more